L'actualité des Entreprises publiques locales

Les Epl font du sport

DOSSIER
Publié le 11 octobre 2013, par Patrick Cros/Naja

A la tête d’équipements capables de proposer des activités sportives de haut niveau, voire d’accueillir des évènements de dimension nationale ou internationale, des Epl apportent une vitrine originale à leur territoire, avec d’intéressantes retombées économiques.

En accueillant de grands évènements sportifs, comme ici le Masters de Paris Bercy, des Epl participent au rayonnement des territoires. © DR

Si les évènements sportifs ne sont pas toujours ceux qui génèrent les plus gros chiffres d’affaires pour les Arenas, leurs retombées économiques sont incontestables. Vecteur de dynamisme local, d’image et d’attractivité, ils représentent un atout intéressant pour les territoires qui les reçoivent. Conscientes de l’enjeu, des collectivités ont développé des structures performantes gérées par des Epl, dont les deux plus grandes salles polyvalentes de l’hexagone : le Palais Omnisport de Paris Bercy (POPB) et la Park&Suites Arena de Montpellier.

Bien que la France soit en retard en matière d’accueil d’évènements sportifs indoor de dimension internationale par rapport à certains de ses voisins européens, ces deux structures agissent comme des locomotives pour promouvoir le sport – et le territoire d’accueil – auprès du grand public. A Paris comme à Montpellier, le tennis est, par exemple, l’un des évènements phares de l’année avec le Masters de Paris Bercy et l’Open Sud de France. Ce dernier aurait généré plus de 6,4 millions d’euros de retombées économiques indirectes dans le périmètre de l’Agglomération montpelliéraine, lors de son édition 2013.

Doper le sport au niveau local
La dynamique est similaire à Roubaix. L’ouverture en septembre 2012 d’un vélodrome couvert moderne géré par une Spl, à coté de l’ancien vélodrome mythique de la course Paris Roubaix, suivie en 2013 de la création d’une piste de BMX, a doté la seconde ville du Nord-Pas de Calais d’un véritable pôle vélo, dédié aux amateurs de deux roues comme aux sportifs de haut niveau. L’infrastructure conforte non seulement la culture du deux roues développée depuis plus d’un siècle dans l’agglomération, mais lui redonne aussi une nouvelle jeunesse en s’adressant à un public encore plus large avec des équipements attractifs. Les clubs locaux ont également vu leur nombre d’adhérents à la hausse.

En Haute-Normandie, la Communauté de communes du canton de Criquetot a aussi misé sur le sport pour soutenir l’attractivité locale. En combinant bowling et piscine avec fitness, bien-être et restauration sous l’impulsion d’une Spl, l’Aquabowling des Falaises a vu doubler en un an le nombre de ses abonnés. Son attractivité s’étend désormais jusqu’au Havre, Fécamp et Etretat.

Top

Rechercher