L'actualité des Entreprises publiques locales

Grâce aux Entreprises publiques locales, les stations de ski ne déclarent pas forfait !

DOSSIER
Publié le 7 février 2019

Des touristes versatiles, une neige aléatoire, des infrastructures énergivores… Les sports d’hiver sont dans le brouillard. Mais ce n’est pas aux stations de ski que l’on va apprendre à remonter la pente ! Nombreuses sont ainsi celles qui se réinventent… Non sans l’appui d’une Epl.

Confrontées à de nouvelles contraintes et de nouveaux usages, les stations de ski appuient leur transformation sur des Entreprises publiques locales (Epl) afin ne plus voir leur activité déraper. Crédit ©Office de tourisme de Devoluy

Depuis quelques années, les sports d’hiver sont victimes d’une avalanche d’évolutions. Le ski patine, de nouvelles attentes se superposent, les économies de ressources s’imposent et la température menace. Bref, tout le système est sur les carres : « Une économie du 21e siècle doit être pensée, adaptée aux nouveaux usages partagés des espaces publics et privés », pose le maire de Chamrousse, Philippe Cordon.

Du « tout ski » au « all mountain »

En finir avec le « tout ski » s’impose donc. Et si toutes les stations n’ont pas la même technique de virage, nombreuses sont celles à prendre appui sur une Epl, dont la plasticité « répond en tout point aux adaptations nécessaires pour faire de la montagne un vecteur de notre dynamique touristique », affirme Laurent Poupard, qui représente la Fédération des Entreprises publiques locales au Conseil national de la montagne… Ainsi la Société publique locale Haute Maurienne Vanoise Tourisme qu’il préside a-t-elle été créée pour soutenir le regroupement décidé ici « afin d’étendre le territoire pour être plus forts face à la concurrence et mutualiser au maximum toutes les compétences ».

Et au cœur des Hautes-Alpes, c’est aussi à une Spl qu’a été confiée la gestion du nouveau centre de balnéo O’Dycéa, par lequel Le Dévoluy vise un tourisme de montagne « plus doux » : « le bien-être est une activité parfaitement complémentaire – voire alternative – aux loisirs de montagne classiques », s’en explique la maire, Jacqueline Puget. Enfin, l’alpine Chamrousse a fait d’une Sem d’aménagement le bras armé de son ambition : « inventer la station de montagne nouvelle génération, connectée, durable et responsable… Une station multi saisons, multi clients et multi énergies aux nouveaux modes de vie », s’enthousiasme son directeur, Serge Khavessian.

Les Epl en piste !

« Alors qu’un petit tiers des 330 Entreprises publiques locales du tourisme et des loisirs se déploient déjà en montagne (offices de tourisme, remontées mécaniques, hébergement…), 12 nouvelles entités s’y sont encore adjointes en seulement 3 ans », souligne la responsable du département tourisme, culture, loisirs à la Fédération des Epl, Christelle Botz-Mesnil… La preuve, s’il en fallait, de la pertinence dudit accompagnement pour toute station désormais lancée « hors-piste ».

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK