L'actualité des Entreprises publiques locales

Les Epl dans la presse (31 mai 2021)

Publié le 31 mai 2021

Du Finistère, qui prend un temps d’avance sur le déploiement du bio gaz naturel, à Grenoble, qui structure son parc social de logements, en passant par Strasbourg, qui reçoit de la chaleur d’Allemagne, et le Grand Avignon qui voit de plus en plus grand pour ses mobilités, les Epl facilitent la mise en œuvre des services publics de proximité.

Le tramway du Grand Avignon (Wikimédia Commons)

Le bio gaz naturel s’étend dans le Finistère

Antoine Corolleur, président de la Sem Énergies en Finistère, a récemment posé la première pierre du projet de station de bio gaz naturel pour véhicules. « Cette station sera la deuxième du Finistère. En effet, pour l’instant, il n’y en a qu’une à Saint-Martin-des-Champs », nous apprend Le Télégramme de Brest (24 mai 2021). La Sem ne cache pas son ambition, celle de construire dans les prochaines années 7 stations du même type. « Cette technologie, basée sur la valorisation des déchets, en grande partie agricole, permet aux véhicules équipés d’un moteur spécifique de circuler en émettant significativement moins de particules fines et en faisant également moins de bruit », assure le quotidien.

Actis et Grenoble Habitat dans le même Sac

La métropole de Grenoble a acté la création, le 21 mai 2021, d’une Société de coordination (Sac) entre les bailleurs sociaux Actis et Grenoble Habitat, comme le confirme Place Gre’Net sur son site (24 mai 2021). Dans un communiqué commun, la Ville de Grenoble et la Métropole expliquent « se [donner] pour objectif la création d’une Société de Coordination entre les deux bailleurs, pour le 1er janvier 2022 ». Un gentleman agreement se dessine pour le respect de « l’autonomie de chacune des entités » et la préservation des « valeurs et engagements tout en permettant de développer des synergies ». Une évolution nécessaire pour « s’inscrire dans l’histoire centenaire du logement public local ». A noter que la Sac n’est qu’une étape transitoire avant une union en bonne et due forme. « Dès la rentrée de septembre 2021, une concertation avec les administrateurs des deux organismes, les instances représentatives de leurs personnels, les élus métropolitains et grenoblois, ainsi que les autres partenaires acteurs du logement social sera lancée afin de définir les outils métropolitains nécessaires [au] projet commun d’ici l’été 2022 », complète le communiqué.

A Strasbourg, la chaleur viendra… d’Allemagne !

« C’est une première ! » La constitution d’une Sem a été actée pour alimenter le réseau de chaleur de Strasbourg par l’énergie de l’aciérie qui lui fait face sur l’autre rive du Rhin, révèle Le Moniteur (10 mai 2021). La décision a été prise le 7 mai par le conseil de l’Eurométropole qui a approuvé la création de la structure porteuse, la société d’économie mixte « Calorie Kehl – Strasbourg ». La commune de Kehl, à quelques kilomètres de la capitale alsacienne de l’autre côté du Rhin, « abrite en effet le futur pourvoyeur de l’énergie, l’aciérie BSW (Badische Stahlwerke) qui fournira sa chaleur excédentaire dite « fatale » au réseau urbain strasbourgeois des secteurs Esplanade et Elsau proches du Rhin », explique le journal. Pour relever le défi, la construction d’une conduite de 5,5 kilomètres sous le lit du fleuve sera nécessaire. « Elle mobilisera l’essentiel de l’investissement de 25,5 millions d’euros HT qui a été chiffré pour le projet ». La Sem verra officiellement le jour au début du second semestre. Son capital sera de 4,16 millions d’euros, réparti entre l’Eurométropole (46 ,75 %), la région Grand Est, la Ville de Kehl et le Land de Bade-Wurtemberg à hauteur de 12,75 % chacun, et la Banque des territoires / Caisse des dépôts (15 %). Le potentiel de production atteindra 55 gigawattheures (Gwh) par an, soit l’équivalent du chauffage de 5 500 logements. Une performance qui sera rapidement doublée, avec un objectif annuel de 135 Gwh.

Le grand chantier des mobilités du Grand Avignon

Dans TPBM (20 mai 2021), un article est consacré à Tecelys, en charge de « moderniser en profondeur la mobilité de l’aire avignonnaise d’ici 2025 avec la création de plusieurs parkings relais, le déploiement de navettes rapides avec des tronçons en site propre et réaménager les bords du Rhône ». Il s’agit là d’une extension du domaine d’intervention de la Spl initialement créée pour la mise en œuvre du tramway sur l’aire avignonnaise. De nouvelles missions lui sont attribuées par les élus communautaires : la gestion des transports publics au 1er juillet 2022, le développement de plusieurs parkings relais et de lignes de bus express ainsi que l’aménagement des bords du Rhône entre les ponts Daladier et de l’Europe. Des missions qui s’ajoutent à la prolongation, pour 69,25 M€, à l’horizon 2025, de l’unique ligne du tram, qui reliera le terminus nord aux abords du commissariat de police et le parking relais de l’île Piot. Il est à noter par ailleurs que Tecelys sera, en juillet 2022, le gestionnaire unique des mobilités, en lieu et place de Transdev qui assurait cette fonction depuis 2021 sous la marque Orizo. « Les élus ont voulu, comme c’est le cas dans de nombreuses agglomérations, rassembler les structures d’aménagement et d’exploitation du réseau pour réaliser des économies d’échelle », confie Daniel Audibert à TPBM, qui fut directeur fut directeur de la TCRA (Transports en commun de la région d’Avignon), l’exploitant des transports en communs avant Transdev, de 2001 à 2007.

 

Top

Rechercher