L'actualité des Entreprises publiques locales

Habitation Moderne, porte d’entrée d’une nouvelle gestion locative publique

Publié le 22 décembre 2020, par Laurence Denès

Après trente-cinq ans d’engagement pour les droits des locataires, Lucette Tisserand a pris les rênes d’Habitation Moderne, convaincue que la Sem immobilière strasbourgeoise est la clé d’une nouvelle gestion de l’habitat social.

Rue des Renards à Strasbourg, symbole d'un autre habitat ©Habitation Moderne

Native du Neuhof, quartier de Strasbourg où se succèdent les grands projets de réhabilitation depuis vingt ans, Lucette Tisserand, conseillère municipale, connaît de fond en comble les problématiques du logement social. Animatrice puis directrice de l’association AGATE érigée en intermédiaire entre bailleurs sociaux et locataires, elle milite en effet depuis des années pour une autre gestion de cet habitat, au plus près des résidents et organisant leur participation réelle aux décisions… Un engagement qu’elle compte donc poursuivre à la présidence d’Habitation Moderne (HM), Sem strasbourgeoise propriétaire de 10 400 logements sur la ville et sa métropole.

Au plus près des locataires

« Sur nombre de quartiers, le bailleur social reste bien souvent le seul service public encore présent, d’où la mission de se tenir toujours plus en proximité », ouvre la nouvelle élue. Antennes multiples, accompagnement par cage d’escalier, formation des locataires et densification des instances de concertation déjà existantes (conseil des résidents)… L’Epl « déjà très réactive » devrait ainsi « intensifier le dialogue, en mobilisant à ses côtés tous les intéressés (équipe de prévention, associations, services publics nationaux et locaux…) » Une Epl fédératrice, à l’image d’un capitaine d’équipe dont tous les joueurs tendent vers le même but, chaque nouvelle pierre posée – que ce soit en matière de propreté, de gestion des déchets ou d’agriculture urbaine (« quartiers fertiles ») – ne pouvant l’être qu’ensemble.

Auprès des autres bailleurs

Ensemble est d’ailleurs l’injonction qui préside également au déploiement de la société. Avec 22 000 demandes en attente sur le territoire, Habitation Moderne doit, en effet, agrandir son parc afin d’accompagner le développement des communes de l’Eurométropole. « Mais cette dynamique ne peut s’opérer qu’en jouant au mieux de la complémentarité technique et géographique entre bailleurs », assure Lucette Tisserand, à l’appui de la société de coordination EMHA (Eurométropole Habitat) actée depuis août entre la Sem, Ophéa et le Foyer Moderne de Schiltigheim. Pour elle, « HM se doit aussi de cultiver son savoir-faire, à savoir sa capacité à développer des produits sur toute la chaîne de logements, sans oublier les équipements, commerces ou cantines scolaire. » Et la nouvelle présidente d’insister : « Pour Habitation Moderne, l’objectif est bien moins d’asseoir un quelconque pouvoir que de relever le défi d’un autre Habitat, construit de manière orchestrée. ». Une jolie façon de rendre enfin vraiment grands les « ensemble ».

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK