L'actualité des Entreprises publiques locales

Les bus à hydrogène de Pau, une première mondiale !

Publié le 30 septembre 2020, par Philippe Pottiée-Sperry

Depuis fin 2019, huit « BHNS » à hydrogène circulent sur Pau avec une fréquentation qui s’envole. Un succès possible grâce à la Spl Stap qui gère le réseau mais produit et distribue également cette énergie verte.

Les huit bus à hydrogène de Pau circulent sur une ligne de 6 km entre l’hôpital et la gare. Fin 2021, l’objectif est d’atteindre 10 000 voyageurs par jour. Crédit ©Laurent Pascal

Au moment où le plan de relance met le paquet sur le développement de l’hydrogène vert, Pau fait figure de précurseur avec ses huit Fébus mis en circulation en décembre dernier. L’énergie de ces bus électriques est produite à bord grâce à une pile à combustible qui n’émet aucun gaz à effet de serre. Le choix fort de l’agglomération Pau Béarn Pyrénées, dans le cadre de son plan action climat, constitue une première mondiale avec une ligne de 6 km de bus à haut niveau de service (BHNS) de 18 m de long. Pour le mettre en œuvre, son bras armé est la Spl Stap qui gère les transports publics et les services à la mobilité (bus, navettes, vélos) avec 350 salariés. « La Sem de transports était arrivée au bout de son organisation avec un actionnariat trop émietté. La création d’une Spl en 2017 veut montrer la performance d’une gestion publique à l’égal d’une gestion privée », explique Jean-Bernard Feltmann, le directeur général de la Spl. Et d’ajouter : « La souplesse et l’agilité de l’outil répondent bien à la spécificité des transports collectifs qui nécessitent des investissements à long terme ». La Spl Stap a pour actionnaires le syndicat des transports Pau Béarn Pyrénées Mobilités (95%) et la ville (5%). 

Une station de production et de distribution

« L’autre grande innovation est la production locale d’hydrogène vert par la Spl, souligne Jean-Bernard Feltmann. Une station de production et de distribution a ainsi été construite en partenariat avec GNVert, filiale du Groupe Engie, en groupement avec Van Hool ». La station utilise de l’électricité pour décomposer la molécule d’eau et créer ainsi l’hydrogène. L’énergie consommée proviendra bientôt de panneaux photovoltaïques. Résultat : une électricité verte et entièrement renouvelable. La station distribue aussi l’hydrogène aux bus en les rechargeant durant la nuit. Autre atout fort des véhicules : une plus grande autonomie de près de 300 km permettant un seul plein par jour.

Pour cette vaste opération, le financement s’est élevé à pas moins de 74 M€ dont 55 M€ pour la rénovation urbaine tout au long de la ligne (voiries, chemins piétons, espaces verts, pistes cyclables, places de stationnement…). Le reste se partage entre le matériel roulant et les 14 stations BHNS (13 M€) ou la station de production d’hydrogène (4 M€). Compte tenu de la forte innovation du projet, les subventions ont été à la hauteur avec 17,7 M€ dont 5,9 M€ de l’Union européenne.

Fierté du personnel et de la population

« Afin de réussir ce pari, nous avons doublé notre budget formation pour les conducteurs et les personnels de maintenance, indique le directeur général de la Spl. Les salariés, comme la population, sont fiers de cette innovation unique en son genre qui intéresse et fait venir des collectivités de toute la France comme du monde entier ». D’autant que les résultats sont au rendez-vous avec déjà 85 000 km parcourus en hydrogène et un bond de 20% de la fréquentation (chiffre avant confinement). Fin 2021, l’objectif est d’atteindre 10 000 voyageurs par jour. Pas vraiment de souci à se faire !

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK