L'actualité des Entreprises publiques locales

La Sem Brl joue la carte start-up

Publié le 23 mars 2020, par Stéphane Menu

Directeur de la Sem gardoise, Jean-François Blanchet en est convaincu : côtoyer les start-ups locales permettra à la Sem Brl d’améliorer ses performances. Il a décidé de travailler main dans la main avec un incubateur mis en place par la CCI du Gard.

@Pixabay

L’évènement s’est tenu le 23 janvier dernier. La Sem Brl, spécialisée dans l’eau et l’environnement et basée à Nîmes, et l’incubateur Bic Innov’Up, créé par la CCI du Gard, réunissent pour la première fois une dizaine de start-up gardoises. Ces dernières déploient leurs compétences naissantes dans les capteurs connectés résistant à l’eau, les risques inondations ou encore la mesure industrielle. Pour Brl, l’intérêt saute aux yeux : identifier les solutions innovantes « disponibles sur le territoire et qui nous permettront d’accroître notre performance », assure Jean-François Blanchet, son directeur général. Car dans ce secteur plus qu’ailleurs, l’urgence de la gestion se rapproche toujours plus. « A l’avenir, l’offre d’eau ne sera plus excédentaire », poursuit le directeur. « Il s’agit de gérer plus intelligemment les ressources en eau, d’avoir recours aux datas sciences, de créer des systèmes d’information sur l’eau, pour pouvoir améliorer la qualité des décisions, et favoriser les scénarii de gestion partagée de l’eau », poursuit le DG.

« Innover, investir, international », les 3 I de Brl

Or, ces solutions, elles se conçoivent dès aujourd’hui. La Sem Brl cherche à être en permanence dans l’anticipation. Elle fait d’ailleurs partie du projet Aniti (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute), l’un des quatre projets français d’instituts interdisciplinaires en intelligence artificielle. « L’innovation sur les grandes transitions énergétiques, écologiques et digital est un axe de la stratégie ‘Brl Horizon 2020’, articulée autour des 3 I : innover, investir, international. Brl attache une grande importance, dans le cadre de sa politique Rse, à nouer des contacts étroits et dynamique avec l’écosystème innovant du territoire régional. Cette rencontre avec les start-ups du territoire est l’opportunité pour les équipes de développer leur créativité en s’appuyant sur l’intelligence collective et la curiosité », assure Jean-François Blanchet. « Pour une jeune entreprise signer un partenariat avec un grand compte est souvent très long et difficile et c’est pourtant souvent capital. Ces rencontres doivent faciliter et accélérer les échanges entre les équipes des startups et celles des grands comptes pour identifier des opportunités de partenariat et faciliter leur mise en place », conclut de son côté Anne Emmanuelle Rousseau, la Présidente du Bic Innov’Up.

A l’heure des grandes transitions, l’eau devient une ressource de plus en plus difficile à protéger. Sa gestion doit être plus fine et les start-ups fourmillent d’idées sur le sujet dont Brl entend faire des partenaires à part entière (Wikimédia Commons).

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK