L'actualité des Entreprises publiques locales

L’avenir se lève à l’est

Publié le 23 juillet 2019, par Laurence Denès

Engagée depuis 30 ans sur le territoire de La Réunion pour en favoriser la richesse économique, la Semir se tourne désormais aussi vers l’international, dévoilant à l’appétit des PME réunionnaises tout le bouquet des marchés est-africains. Et pour commencer celui du Mozambique.

Vue sur Maputo des bureaux de la Semir Réunion, au Mozambique. ©Semir Réunion

« Contribuer à l’accroissement de la valeur ajoutée produite sur l’île de La Réunion. » Il suffit parfois d’une courte phrase pour résumer une lourde responsabilité ! C’est le cas pour la Société d’économie mixte pour l’industrialisation de La Réunion (Semir), à la profession de foi ainsi décrite par son directeur général, Alain Tissier. En effet, fondée en 1990 par la Région et le Département, la Semir facilite, depuis, la création et/ou le développement d’entreprises sur le territoire en assurant à leurs porteurs tous les moyens logistiques et humains. « Transformer une idée en activité rentable nécessite un ensemble de facteurs décisifs rarement accessibles à l’entrepreneur isolé », pointe le dirigeant de l’Epl.

Projet d’implantation d’une quatrième pépinière d’entreprises sur la zone aéroportuaire de Gillot, à La Réunion. Comptant déjà parmi les plus grandes pépinières d’entreprises de France, la Semir s’attache désormais à accompagner à l’export les PME réunionnaises. Crédits ©L’Atelier-architectes

Grâce aux pépinières d’entreprises de celle-ci – au nombre de 3 entre Saint-Denis, Le Port et L’Étang-Salé – petites et moyennes structures puisent leur croissance au même terreau qu’une grande, des bureaux aménagés aux salles et services mutualisés, sans oublier les conseils et les échanges avec l’Association pour le développement industriel de la Réunion, la Technopole…

L’exportation, nouveau relais de croissance

Depuis 2018, la Sem ajoute même une nouvelle corde à l’arc de ses jeunes pousses : l’exportation. « Après des décennies d’un modèle fondé sur le rattrapage intérieur, le temps est venu de passer la croissance à de nouveaux relais« , explique Alain Tissier. En accord avec le schéma régional de développement économique (SRDE), la Semir soutient ainsi les PME qui lorgnent vers les débouchés étrangers. « L’Afrique de l’est regorge de potentialités pour nos services et produits dont la fabrication, moins chère, répond de surcroît aux normes européennes », souligne le responsable.

Entrée du business center qui accueille les premiers bureaux de la Semir, à Maputo, capitale du Mozambique. ©Semir Réunion

Une ouverture commerciale sur laquelle un premier bureau, situé au cœur d’un business center de Maputo, constitue d’ores et déjà la porte, en lien avec le club d’affaires France Mozambique devenu chambre de commerce française. Et ce n’est qu’un début : la Tanzanie, le Kenya et le Rwanda pourraient aussi, demain, se faire les pistes de nouveaux envols réunionnais.

De la valeur ajoutée à la valeur ajoutée

Avec 125 entreprises à ce jour logées sur quelque 10 000 m2 de surfaces utiles, la Semir affiche une jolie réussite que corrobore son chiffre d’affaires annuel, autour de 2 millions d’euros. Mais son vrai succès est ailleurs : « 400 des 650 TPE et PME accueillies ici en 30 ans sont désormais installées en site propre », se félicite Alain Tissier. « Mieux encore, insiste-t-il, seules une trentaine de structures ont connu la liquidation judiciaire, un chiffre très en-deçà de celui généralement constaté pour les entreprises isolées et qui confirme l’importance de l’accompagnement offert par la Semir ». En un mot, sa valeur ajoutée à la valeur ajoutée !

www.semir-mozambique.re

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK