L'actualité des Entreprises publiques locales

Une formation qui voit double

Publié le 26 octobre 2017, par Laurence Denès

Aider en aidant à aider ! En lien avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation, la Spl Afpar forme des personnes incarcérées à aider au quotidien d’autres détenus en situation de fragilité. Une formation à doubles bénéficiaires qui change la vie de chacun d’entre eux. Elle a été récompensée par un Coup de cœur des Trophées des Epl 2017 dans la catégorie « Services au public ».

En leur apprenant à aider leurs codétenus fragilisés, l’AFPA de la Réunion rouvre aux personnes incarcérées les portes d’un futur possible. © Spl Afpar
En leur apprenant à aider leurs codétenus fragilisés, l’AFPA de la Réunion rouvre aux personnes incarcérées les portes d’un futur possible. © Spl Afpar

Certes, le dicton l’affirme : aide-toi, et le ciel t’aidera. Néanmoins, aider l’autre pourrait bien être s’avérer plus direct pour changer le cours de son existence, et vivre celle-ci dans une nouvelle estime de soi. Convaincue du principe, l’Afpar développe depuis 3 ans une action inédite auprès des personnes de l’île de La Réunion incarcérées en milieu ouvert et propose chaque année d’en accompagner une douzaine dans l’assistance à leurs codétenus les plus fragiles : handicap, vieillissement…

Savoir être pour savoir devenir

Les retombées de l’action, évidentes pour les bénéficiaires en situation de dépendance, sont tout aussi profitables aux aidants. « Pour des individus qui ont tendance à se mésestimer, se retrouver ainsi en capacité d’aider autrui va en effet bouleverser l’image perçue et projetée d’eux-mêmes », soutient le directeur général de la Société publique locale (Spl), Éric Fontaine. Dans un parcours souvent marqué, l’étape constitue même une rupture de contrat avec la fatalité : « À la déconsidération et à la méfiance succèdent la valorisation et la reconnaissance, ouvrant enfin, par de nouveaux savoir être et savoir-faire, les formidables pouvoirs d’un savoir devenir. Le futur devient possible », insiste le responsable.

Du coup de main au coup de pouce

Et ce futur, ceux qui le souhaitent peuvent justement le construire jusqu’à la professionnalisation — métier d’assistant(e) de vie aux familles — au fil de ces 84 premières heures dispensées sur 2 jours hebdomadaires par une équipe pluridisciplinaire : formateurs, psychologues du travail, kiné…

Le programme s’articule autour de différentes séquences (manutention des personnes, ergonomie, communication aidant/aidé, etc.) tandis qu’une évaluation vérifie en continu l’acquisition des bons gestes. Un atelier pour maîtriser les techniques de recherche d’emploi et une formation de sauveteur secouriste du travail parachèvent le cycle.

À ce jour, une vingtaine de stagiaires ont suivi la formation, dont 4 ont ensuite engagé une évaluation Cléa, premier certificat national interprofessionnel. Des chiffres très satisfaisants pour cette action qui fait sens jusqu’aux formateurs, renforçant ainsi la fonction sociétale de la Spl au bénéfice de tous, aidés, aidants et aidants d’aidants.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK