L'actualité des Entreprises publiques locales

La SIC insuffle une nouvelle vie au quartier de Saint-Quentin

Publié le 9 novembre 2016, par Philippe Pottiée-Sperry

Quinza ans de travaux pour totalement reconstruire un quartier. Le projet, tant urbain que social, vise à reloger et réinsérer ses habitants. Principale Sem d’aménagement de la Nouvelle-Calédonie, la SIC joue le rôle clef de chef d’orchestre de cette vaste opération sur un site de 21 ha situé au cœur du Grand Nouméa.

Dans le secteur nord du futur quartier, la Ville Nature proposera des logements individuels en flanc de colline avec toitures végétalisées, jardins privatifs ou partagés, cheminements piétons. crédit Philippe Jarcet

Construite dans les années 70, la cité de 632 logements s'organisait autour 8 grandes tours de 15 étages. Calqués sur les programmes périurbains de métropole, les Géants de Saint-Quentin n'étaient pas du tout adaptés au mode de vie calédonien. Pourtant idéalement situé au cœur du Grand Nouméa, sur 21 ha, le quartier souffre de son enclavement et d'un déficit d'équipements publics et de services. Au fil de temps, il se dégrade et pâtit d'une mauvaise image.

Solution ? La SIC (Société immobilière de Nouvelle-Calédonie) se saisit du dossier et porte la totalité du projet de renouvellement urbain à vocation intercommunale. Elle choisit de réaménager en profondeur le quartier, sachant que les collectivités seules n'en avaient pas la capacité. "Ce projet urbain mais aussi social, mené dès le départ en concertation avec les habitants, doit favoriser leur insertion et revaloriser le quartier", explique Benoît Naturel, directeur général adjoint de la SIC.

Une concertation étroite avec les habitants

L'opération s'appuie sur tous les leviers : logements, espaces publics, voirie, transports, développement social et économique. Très symbolique, la destruction de tours est envisagée dès 2000. Les premières démolitions démarrent en 2009 pour s'achever en 2022. Les 110 premiers logements sont en cours de construction. 1800 habitants ont été relogés afin de détruire 5 tours et de réhabiliter une centaine d'appartements.

Dimension importante du projet : la concertation étroite avec les habitants. Dix-neuf "ambassadeurs du projet" sont réunis en moyenne tous les 15 jours pendant la phase programmation / résorption / relogement. "Cela est essentiel pour s'approprier le projet et lever une certaine défiance. Ils constituent un relais important vis-à-vis des habitants mais aussi des élus afin de les impliquer davantage", détaille Benoît Naturel.

Les atouts de la SIC pour cette vaste opération ? Sa capacité à orchestrer toutes les interventions et une palette large de compétences : résorption de squat, relogement, aménagement, construction, ingénierie sociale et financière… "Nous avons signé une convention de partenariat avec l'Anru, en 2012, dont l'apport a été important en matière d'ingénierie et de retour d'expériences", ajoute le DGA de la SIC.

850 logements et 2800 m2 de commerces et services

Rien n'est possible sans une coopération solide entre tous les partenaires politiques et institutionnels. "La SIC joue le rôle de pilote en mettant tout le monde autour de la table, les élus mais aussi l'État, la Province Sud ou le gouvernement de Nouvelle-Calédonie", détaille Benoît Naturel.

D'ici 2028, 850 logements et 2800 m2 de commerces et services seront livrés. Un chantier complexe et de longue haleine (15 ans de travaux) qui génère 2600 emplois directs et indirects pour un budget total de 256 millions d'euros. De quoi rendre heureux et fiers les 2900 habitants du nouveau quartier.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK