L'actualité des Entreprises publiques locales

À Grenoble, un laboratoire d’innovation qui roule !

Publié le 20 septembre 2016, par Laurence Denès

Véhicule des mutations sociétales et moteur du vivre ensemble, les transports sont une clé des politiques locales. Pour imaginer ceux qui la conduiront vers demain, la Métropole Grenobloise expérimente les mobilités à venir au sein d’un laboratoire unique en France, Lemon. 

Lemon, une dizaine de projets dont un nouveau modèle de station de bus pour renforcer la marchabilité dans un quartier ©Sémitag - Transdev

Comment se déplacera-t-on demain ? Comment répondre aux impératifs du développement économique sans trahir le développement durable ? Quels modes alternatifs mettre en œuvre ? La question des modes doux n'est pas sans achopper sur quelques points durs !

Aussi la Métropole de Grenoble, soucieuse d'assurer de ses décisions, a-t-elle décidé de suivre la voie de l'expérimentation, à travers un espace unique baptisé Lemon (Laboratoire d'expérimentation des mobilités de l'agglomération grenobloise). "Par le syndicat mixte des transports en commun du territoire (SMTC), autorité organisatrice des mobilités sur les 49 communes l'aire urbaine, Grenoble Alpes Métropole a demandé à la Sémitag, qui exploite le réseau, d'imaginer de nouveaux modèles avec l'aide de son partenaire industriel et commercial, Transdev*", explique Sébastien Noll, responsable de projets au sein de l'opérateur privé.

Du grandeur nature en ville !

Mis en œuvre dès 2013, le dispositif est fondé sur deux originalités majeures : la co-construction avec les habitants et le test en grandeur réelle. "Conçu par les trois partenaires – SMTC, Sémitag, Transdev – à partir de l'actualité ou de la sensibilité du moment, chaque projet s'appuie ainsi sur des consultations dédiées (ateliers, enquêtes…) dans la volonté d'une coproduction puisant à l'expérience et l'appétence des différents usagers (habitants d'un quartier, personnes âgées…)", poursuit-il.

Une façon d'être au plus près de la demande, mais aussi de favoriser de nouvelles habitudes. Vient ensuite le temps de l'expérimentation – six à douze mois – dont l'évaluation régulière permettra de conclure à la généralisation… Ou pas, "une telle démarche n'ayant sa pertinence que dans l'acceptation des échecs", insiste le collaborateur de chez Transdev.

De fait, huit à dix projets tournent en permanence dont actuellement le paiement par carte bancaire sans contact sur une ligne du réseau, un nouveau modèle de station de bus pour renforcer la marchabilité dans un quartier ou encore un service "garantie de retour" pour les personnes handicapées. Et d'ici 2020, de nombreux autres devraient être, de même, "mis en route", faisant de la métropole grenobloise l'incomparable show-room des mobilités de demain.


*Transdev est actionnaire à 27 % de la Sémitag, aux côtés du SMTC (65 %), de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes et du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes (7 % ensemble) ainsi que de la CCI de Grenoble (1 %).

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK