L'actualité des Entreprises publiques locales
Publié le 26 juin 2013, par Patrick Cros/Naja

Carrefour entre grand public, scolaires, chercheurs, et professionnels de la mer, Océanopolis a inauguré au printemps 2013 deux nouveaux écosystèmes côtiers dont les loutres sont les vedettes. Ce parcours extérieur innovant s’ajoute aux 9 000 m² d’expositions, aux 55 aquariums, et à plus d’un millier d’espèces animales, qui permettent au public d’apprécier la richesse mais aussi la fragilité de la biodiversité marine.

Le Sentier des loutres complète un parc dont l'ambition est de raconter l'histoire naturelle des océans « vue par les scientifiques et expliquée au grand public ». © Océanopolis DR

« Notre intérêt est de présenter au public la notion d’écosystème marin, avec un lien très fort avec les milieux scientifique, professionnel et associatif », explique Eric Hussenot, biologiste marin et directeur d’Océanopolis¹, propriété de Brest métropole océane gérée par la Sem Brest’aim. Le Sentier des loutres inauguré en avril illustre parfaitement la stratégie du parc de découverte des océans. L’équipe d’Océanopolis a réalisé deux nouveaux écosystèmes côtiers, l’un sur l’Atlantique Nord-Est et l’autre californien, dont ces mammifères sont les vedettes.

Deux loutres européennes ont déjà investi les lieux, tandis que leurs congénères californiens devraient arriver au cours des prochains mois. « Des contacts réguliers ont été menés depuis trois ans avec l’aquarium de Monterey en Californie, l’un des plus beaux au monde, pour accueillir d’ici à 2014 deux loutres californiennes dans des conditions optimales, et obtenir les autorisations nécessaires à leur arrivée en France », précise Eric Hussenot. Ces animaux, en voie de disparition au cours du XXe siècle, retrouvent aujourd’hui peu à peu leur territoire dans l’hexagone. En particulier en Alsace et en Bretagne, grâce au travail de structures comme Hunawihr, l’un des principaux centres français de reproduction et de réintroduction de la loutre européenne, avec qui le parc breton est en relation étroite.

Des partenariats clés

« En associant science, nature et émotion, Océanopolis est devenu l’un des fers de lance culturel et touristique de la Bretagne, avec plus de 9 millions de visiteurs depuis son ouverture », commente Philippe Mathieu, directeur général de Brest’aim, Sem de l’agglomération brestoise, gestionnaire de plusieurs équipements publics à vocation économique, culturelle et de loisirs, dont le parc dédié à la découverte des océans. Pour atteindre ce résultat, Océanopolis a multiplié les partenariats avec des acteurs clés de la recherche océanographique comme Ifremer, le CNRS, L’Institut polaire français Paul Émile Victor, ou encore des laboratoires universitaires de Brest. Devenu la vitrine de la recherche océanographique française, Océanopolis possède désormais une réputation de haut niveau en Europe, symbolisée par des résultats remarquables comme la naissance de ce requin zèbre, le 20 juin 2013, dans son pavillon tropical. Une première européenne !

Des investissements ont soutenu le développement du parc depuis son ouverture en 1990. Après la création en 2000 de deux nouveaux pavillons (l’un présentant les écosystèmes polaires, l’autre le milieu marin tropical), le Sentier des loutres et les deux nouveaux écosystèmes côtiers complètent aujourd’hui le site qui a accueilli 442 000 visiteurs en 2012.


¹ Eric Hussenot est le directeur délégué du Pôle mer de la Sem Brest’aim, qui comprend Océanopolis, les marinas et le navire La Recouvrance.


Top

Rechercher