L'actualité des Entreprises publiques locales

Montpellier : Serm et Saam au coeur de l’écocité de demain

Publié le 2 novembre 2012, par Patrick Cros/Naja

La Serm (Société d’équipement de la région montpelliéraine) et la Saam (Société d’aménagement de l’agglomération de Montpellier) sont engagées aux côtés de l’Agglomération de Montpellier dans la mise en place d’un vaste chantier qui va bouleverser le Sud-Est de la ville, dans une dynamique de développement durable.

La Route de la mer, au centre du projet d'écocité montpelliéraine. © Axo - Bernard Reichen

L'écocité montpeliéraine, sur la totalité de son périmetre, se développe sur une vaste zone de 2 500 hectares, au Sud-Est de Montpellier, nouveau cœur de la capitale du Languedoc-Roussillon à l'horizon 2020-2030. Une aubaine pour l'agglomération, qui connaît, avec ses 415 000 habitants, la plus forte croissance démographique de France. Pour agir, les Entreprises publiques locales sont en première ligne sur des dossiers ambitieux, dont la Route de la mer et le futur quartier Oz, véritables locomotives de l'opération. « Une concession d'aménagement a été confiée à la Spla Saam qui permettra d'intervenir en souplesse, face à ces deux grands territoires où se conjugueront Zac, mais aussi conventions de financement, et tous les autres modes juridiques et de financement urbain », confie Thierry Laget, directeur de la Serm et de la Saam. La Serm jouera le rôle clé complémentaire d'investisseur économique, intervenant dans le suivi et le montage de sociétés de projet pour toutes les actions menées dans le cadre de l'écocité.

Des défis à relever
La ligne 3 du tramway, inaugurée en avril dernier, fait le lien avec tous les programmes en cours ou à venir sur la Route de la mer, transformant radicalement cette artère dont Port Marianne constitue le point de départ. Au programme de ce projet, retenu par l'Etat dans le cadre du Programme d'Investissements d'Avenir : plus de 7 000 logements à construire, et 200 000 m² de commerces modernisés dans les 15 ans à venir, dans une logique de développement durable. « Il faut entièrement repenser ce quartier à l'origine commercial, à travers un partenariat entre l'Agglomération de Montpellier, les communes de Lattes et Pérols, et l'ensemble des acteurs du commerce qui ont modelé ce périmètre depuis deux à trois décennies, à une époque où l'automobile primait », commente Thierry Laget. Le défi est important avec des paramètres complexes tels que restructuration et modernisation du commerce, développement  des hautes technologies, relation ville-nature ou encore zone inondable. Le montant global des investissements des partenaires publics et privés est estimé à 18 millions d'euros, dont plus de 4,4 millions d'euros pour l'Etat qui seront financés grâce au fonds « Ville de Demain » porté par la Caisse des dépôts.

Contigu à la Route de la mer, le nouveau quartier Oz combinera également, sur 350 hectares, habitat, commerces, services et desserte par le tramway, autour de la future gare TGV, dont l'inauguration est prévue fin 2017. Il comportera à terme 5 000 logements, 350 000 m² de pôle tertiaire et un pole ludique / hôtellerie imaginés avec l'équipe de l'urbaniste néerlandais Kees Christiaanse, mondialement réputé. Un autre défi se prépare avec la naissance de ce quartier qui se fera simultanément avec la création d'une ligne LGV et du doublement de l'autoroute.

Top

Rechercher