L'actualité des Entreprises publiques locales
Publié le 4 octobre 2011, par Patrick Cros/Naja

Lien innovant entre le centre ancien et la ville nouvelle, la Zac Chabran se construit sur une friche militaire quittée par l’armée depuis 2000. La valorisation de l’ancienne caserne qui séparait une partie de la commune donne à Draguignan une force originale.

A la fois aménageur, constructeur et bailleur social, la Saiem de Draguignan joue un rôle clé dans le développement de la Zac Chabran. © DR

« C'est tout un quartier qui se crée et offre et aux Dracénois un nouveau regard sur leur ville », explique Géraldine Chevalier, chargée d'opération à la Saiem de Draguignan. Signée en 2004 entre la Communauté d'agglomération dracénoise et la Saiem, la convention d'aménagement de la Zac Chabran a scellé le futur de la friche militaire de onze hectares, en centre ville. Au programme : un projet alliant économie, habitat, culture et sport « qui fait la couture entre le centre ancien et la ville nouvelle », ajoute Géraldine Chevalier.

Après une opération de dépollution, de destruction de bâtiments dégradés (ou de conservation pour deux d'entre-eux en vue d'une réhabilitation), les travaux ont été lancés en octobre 2008. « Aujourd'hui, ils ont été réalisés en grande partie, confie Géraldine Chevalier. L'ensemble de l'aménagement sera achevé à l'horizon 2015 ». Le cahier des charges prévoit des cibles HQE avec, par exemple, une orientation des logements qui laisse entrer la lumière naturelle ou encore l'eau des sanitaires chauffée par énergie solaire.

Un poumon vert pour Draguignan
La démolition du mur d'enceinte de l'ancienne caserne a créé un espace inédit, donnant une véritable unité et une nouvelle dimension à la commune varoise. « Avec ses 2,8 hectares, un nouveau parc paysager a triplé les espaces verts de Draguignan », commente la chargée d'opération. Autre point fort : un important pôle culturel verra le jour dans la Zac d'ici fin 2012. Il abritera sous un même toit une médiathèque, un conservatoire de musique, un auditorium de 300 places et une enceinte dédiée aux archives départementales. Avec une originalité : le chauffage au sol sera assuré par géothermie. Le chantier est considéré comme l'un des plus importants du département avec un investissement de 24 millions d'euros.

D'autres infrastructures viennent donner au quartier toute sa cohérence : hôtel de police, centre de réadaptation fonctionnelle, cinéma multiplexe, banque ou encore brasserie (en cours de construction). « Un hôtel d'entreprises et une pépinière sont également prévus dans deux bâtiments existants », ajoute Géraldine Chevalier. La notion de mixité sociale se retrouve avec 165 logements sociaux sur un total de 500. Le quartier Chabran tient à apporter une nouvelle dimension sociale, culturelle et nature à Draguignan.

Top

Rechercher