L'actualité des Entreprises publiques locales

Crise des Antilles : La SIG à la rescousse du BTP guadeloupéen

Publié le 21 décembre 2009, par Johannes Braun/Naja

La Société Immobilière de la Guadeloupe (SIG), qui fête ses 60 ans l’an prochain, met sa capacité d’investissement à profit pour reprendre les programmes de logements des promoteurs privés touchés par la crise et intensifier sa production par ses propres moyens. Au total, 1 760 logements seront mis en chantier en 2010, et près de 2 500 en 2011.

Actuellement en construction, la résidence Aloès sur le commune des Abymes comprendra à terme 200 logements sociaux et 20 logements intermédiaires.© SIG

Créée en 1950 sous forme de Société d'Etat pour prendre en main la rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre, la Société Immobilière de la Guadeloupe (SIG) fait face depuis près de 60 ans au challenge du logement sur l'île. Malgré un patrimoine de près de 17 000 logements et la construction de 400 à 500 nouveaux logements chaque année, qui permettent près de 2 000 attributions annuelles, la demande ne tarit pas. « Nous avons 20 000 demandes en attente dans nos fichiers », note Dominique Ducourtioux, directeur général de la SIG.

Après s'être ancrée comme constructeur de logements sociaux, la société a pris un virage au début des années 2000 pour revenir à son métier d'origine, l'aménagement. « Nous construisons toujours du logement social, mais dans une démarche plus globale d'aménagement urbain ou de centre constitué », affirme Dominique Ducourtioux. C'est ainsi qu'il y a cinq ans, la SIG s'est vue confier par l'Anru et les municipalités de Pointe-à-Pitre et des Abymes, deux opérations de rénovation urbaine de près de 400 M€ chacune. En tout, près de 600 logements par an y seront construits d'ici 2012.

Parallèlement, la Sem s'est fortement mobilisée pour soutenir le secteur du BTP, frappé de plein fouet par la crise des Antilles. Elle est ainsi en train de racheter quelque 600 logements dans différents programmes à des promoteurs en difficulté. « C'est un phénomène d'aubaine », explique Dominique Ducourtioux, « on rachète des opérations au fur et à mesure de l'avancement des travaux en contrepartie d'un effort sur les prix ce qui évite la destruction du tissu de promoteurs privés ». Au total, la Société devrait donc mettre en chantier pas moins de 1 760 logements en 2010, et 2 487 l'année suivante, pour un investissement annuel de l'ordre de 400 M€.

En plus des constructions neuves, la SIG a également initié des travaux de confortement sismique sur la moitié de son patrimoine construite avant 1990. Après une étude des risques bâtiment par bâtiment, une première tranche de rénovations a été lancée l'an dernier pour un montant global de 7 M€ de travaux, dont 4 M€ de subventions ont été apportées par l'Etat dans le cadre du plan de relance. Un plan plus ambitieux, visant à accélérer la démarche devrait mobiliser un investissement de l'ordre de 30 M€ l'an prochain.

À l'image de nombreuses Sem, la SIG a d'ailleurs récemment décidé d'inscrire l'ensemble de ses actions dans le cadre des démarches qualité avec la certification de l'ensemble de la Société des normes Iso 9001, Iso 14 001 et OHSAS 18001.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK