L'actualité des Entreprises publiques locales

Marché de Rungis : à la conquête de la Chine

Publié le 20 octobre 2009, par Patrick Cros/Naja

Créées et exploitées par la Semmaris, les halles de Rungis ont acquis en quarante ans une solide réputation à l’étranger. Forte de son savoir faire, la société d’économie mixte du Val-de-Marne s’attaque aujourd’hui au marché international. Plusieurs accords sont en cours en Chine, Russie, Ukraine et Inde. Les travaux de construction d’un premier marché de gros ont débuté à Nanning. L’ouverture d’une première tranche est prévue en avril 2010.

Au fil des ans, Marc Spielrein, P-dg de la Semmaris, a su développer une relation de confiance avec les partenaires chinois de la Sem © Semmaris

Après cinq ans d’approche et de coopération avec différents partenaires, le marché chinois s’ouvre à la Semmaris, société d’économie mixte gestionnaire du Min de Rungis. Pour atteindre cette performance, la Sem a su nouer au fil des ans des liens étroits avec des responsables de municipalités et d’entreprises à capital d’Etat. Des visites de délégations chinoises ont été suivies de plusieurs voyages en Asie. « En Chine, il est nécessaire d’établir un contact personnel approfondi pour créer un climat de confiance », commente Marc Spielrein, P-dg de la Semmaris, l’un des principaux artisans de cette réussite.

Les Chinois ont été séduits par l’expérience de la Sem qui a su créer en France le plus important marché de gros de produits alimentaires frais au monde, véritable référence internationale. « Les professionnels chinois veulent avant tout améliorer leur système de distribution ainsi que l’hygiène et la sécurité alimentaires, des domaines où l’Europe a fortement progressé au cours des quinze dernières années, notamment après la crise de la vache folle », explique Marc Spielrein.

La Semmaris a posé un premier pied en Chine à travers plusieurs contrats d’étude pour des partenaires chinois sur la conception de plateformes agroalimentaires, le choix de terrains et le fonctionnement de marchés de gros. Un travail qui a généré en quatre ans un chiffre d’affaires de 500 000 euros. Une goutte d’eau face au formidable potentiel qui s’offre aujourd’hui à la Sem du Val-de-Marne.

Alors que plusieurs contrats sont en cours à Delhi (Inde), Odessa (Ukraine), Moscou (Russie), c’est au sud-ouest de la Chine, à Nanning, que le premier marché sort aujourd’hui de terre. La construction du bâtiment a été lancée dans cette cité de plus de trois millions d’habitants, capitale de la région autonome du Guangxi, vaste région agricole de 50 millions d’habitants frontalière avec le Vietnam. « Une première tranche de 70 000 m2 sera inaugurée fin avril 2010, précise Marc Spielrein. Une deuxième, voire une troisième sont ensuite envisagées ». Une société d’exploitation va parallèlement voir le jour, dans laquelle la Semmaris entrera à hauteur de 30 %. D’autres marchés de gros sont déjà envisagés à travers le pays, en particulier dans la municipalité autonome de Tianjin, à 150 km de Pékin. C’est un immense marché de 1,3 milliard d’habitants qui s’ouvrent à la Semmaris.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK