L'actualité des Entreprises publiques locales
Publié le 26 mars 2009, par Fabienne Berthet/Naja

En service depuis 1972, l’Aqueduc de l’Abéou, vient de faire l’objet d’un chantier de rénovation de grande ampleur mené par la Société du Canal de Provence (SCP). La SCP est une Société d’aménagement régional (SAR) qui assure une mission de service public. Objectif : continuer de sécuriser l’approvisionnement en eau des Provençaux.

La rénovation de l'Aqueduc aura duré 6 mois. @ SCP

C'est un chantier gigantesque qui vient de s'achever. La rénovation de l'Aqueduc de l'Abéou, pièce maîtresse du canal de Provence, qui alimente en eau la quasi totalité des habitants, industriels et agriculteurs des Bouches-du-Rhône et du Sud et Centre Var aura nécessité près de 6 mois de travaux, pilotés par la Société du Canal de Provence (SCP). « L'aqueduc sert à l'alimentation en eau de 80 000 hectares de terres agricoles et d'une centaine de communes pour un total de 200 millions de mètres cubes par an », précise Christian Magnin, directeur technique adjoint de la SCP.

En service depuis 1972, l'aqueduc n'avait, jusqu'à présent, connu aucun dysfonctionnement. « Mais son rôle essentiel exige de prévenir toute défaillance » relève Christian Magnin. Un suivi topographique avait ainsi révélé un léger tassement des appuis néoprènes destinés à encaisser le poids de l'ouvrage et de l'eau. « Ils ont en général une durée de vie de 30 ans. Ils en avaient 40 ». Le chantier a ainsi nécessité la mise en place de 36 vérins capables de soulever de manière uniforme l'aqueduc de 140 mètres de long, d'un diamètre intérieur de 5 mètres pour un poids total de 4 500 tonnes, et la vidange de 12 kilomètres de galeries.

La rénovation de l'aqueduc aura été l'occasion de mener d'autres opérations de maintenance connexes comme la remise à neuf de l'étanchéité de l'aqueduc et le remplacement du système de télétransmission permettant au quotidien de contrôler le niveau d'eau du canal, son débit et sa pression. « Il fallait aussi maintenir l'approvisionnement en eau des usagers via la mise en place d'un by-pass, une conduite de dérivation d'eau ». Coût total des travaux : 2 millions d'euros.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK