L'actualité des Entreprises publiques locales

Transports durables : la Semitan sur tous les fronts

Publié le 12 septembre 2008, par Patrick Cros/Naja

Navettes sur fleuves, tramway, bus au gaz, busway et partenariats pour développer la location de vélo et l’autopartage, la Semitan est sur tous les fronts pour promouvoir les transports durables dans l’agglomération nantaise. Le succès est au rendez-vous avec 110 millions de voyageurs en 2007 et plus de 113 millions prévus cette année.

Depuis près de deux ans, une ligne busway « à haut niveau de services » relie le centre de Nantes au sud de l'agglomération © Semitan

La Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise (Semitan) a été l'un des précurseurs du transport durable en réhabilitant le tramway, il y a 23 ans. Première ville de l'hexagone à relancer ce mode de transport, la capitale de Loire-Atlantique ne s'est pas arrêtée en si bon chemin. Au bilan de ses réalisations : 42 km de tramway pour trois lignes (environ 265 000 passagers /jour), un réseau de bus qui fonctionne à 80 % au gaz, une navette sur la Loire (360 000 voyageurs en 2007), un navibus sur l'Erdre (70 000 voyageurs en 2007) et un « passeur » qui relie les deux rives du fleuve au niveau de l'Université nantaise (100 000 passagers par an).

Dernière nouveauté importante : sept kilomètres de busway, qui relient depuis novembre 2006 le centre de Nantes et le sud de l'agglomération. Compromis entre le bus classique et le tramway, la solution a été choisie « pour s'adapter au nombre d'usagers, tout en conservant les principaux avantages du tram : priorité aux carrefours, régularité et fréquence, commente Alain Boeswillwald, directeur de la Semitan. La ligne s'adresse à environ 25 000 voyageurs par jour, or le seuil de rentabilité d'un tramway est estimé à 40 000 passagers par jour ». La Sem, mandataire de Nantes Métropole, a conduit cette réalisation pour un montant investi de 50 M€ dans l'infrastructure et de 9,3 M€ dans le matériel roulant. « Ce qui revient à 7 M€ par kilomètre contre 22 M€ si nous avions choisi le tramway ». Les bus utilisés, qui fonctionnent au gaz naturel, empruntent le tracé d'une ancienne autoroute et disposent d'une quinzaine de stations dont huit assurent les connexions avec le reste du réseau.

Parallèlement, la Semitan n'a pas hésité à réaliser des partenariats pour développer des synergies et contribuer à l'évolution des comportements dans les transports. « Deux conventions ont été signées : d'une part avec le département de Loire-Atlantique, et d'autre part avec la région et la SNCF, explique Alain Boeswillwald. Elles permettent d'assurer aux clients un système tarifaire simplifié : gratuité de correspondance entre les réseaux départemental et urbain, usage du train dans le PTU avec tarification urbaine ».

Un accord a également été passé avec le loueur de vélo Bicloo (de type Velib') et avec la société d'autopartage Marguerite : les usagers de la Semitan bénéficient de réductions et peuvent prendre leurs abonnements en centre ville, dans les agences de la Sem. De plus, celle-ci propose, sur son site internet, un outil de recherche d'itinéraires multimodales, Destinéo, développé par la Région. 

Top

Rechercher