L'actualité des Entreprises publiques locales

Confluences : un musée nouvelle génération

Publié le 16 septembre 2008, par Fabienne Berthet/Naja

Prévu sur le site des Confluences à Lyon d’ici 2011, le musée des sciences et des sociétés, dont la maîtrise d’ouvrage mandatée est assurée par la Serl, poursuit un triple objectif : développer la culture scientifique, étudier les enjeux contemporains de société et installer dans la cité rhodanienne, un lieu culturel au rayonnement national et international.

Le futur musée des sciences et des sociétés à Confluences à Lyon © Serl/architecte CoopHimmelb(l)au

Issu d'une nouvelle génération où la contemplation n'est plus une fin en soi, le musée des Confluences va être un atout de taille dans le développement de Lyon. « L'objectif du musée des sciences et des sociétés sis à l'extrême pointe de la presqu'île de la Saône et du Rhône sur le périmètre des Confluences est d'expliquer, de faire percevoir, de transmettre », développe Jean-Claude Schneider en charge du projet à la Société d'équipement du Rhône et de Lyon (Serl). Cette Sem, spécialiste de l'aménagement urbain depuis sa création il y a 50 ans par les élus locaux* assure en effet la maîtrise d'ouvrage de la construction de ce projet ainsi que l'aménagement du jardin et la préparation à sa mise en exploitation.

En gestation depuis 2001, le musée est impulsé par le Conseil général du Rhône qui assure l'intégralité du financement, soit 161 millions d'euros. D'une superficie de 20 000 mètres carrés, sur 7 niveaux, il s'inscrit dans le réaménagement de la presqu'île de Lyon et de la requalification d'un nouveau quartier situé sur une friche urbaine. Sous la houlette de l'architecte CoopHimmelb(l)au, le futur édifice prendra des allures de vaisseau spatial.

Organisé autour d'un socle, d'un nuage et d'une galette d'une verrière appelée cristal, il comporte une ossature métallique, parée de verre et d'aluminium. Objectif : valoriser l‘environnement et créer une relation particulière avec le fleuve et le jardin. Fort des collections de l'ancien musée Guimet d'histoire naturelle de Lyon, il compte allouer une part primordiale aux expositions temporaires, soit 3 salles sur 6, autour de différentes thématiques, D'ou venons nous ? Qui sommes-nous ? Que faisons nous ? allant de l'histoire du temps aux grands défis européens, de la génétique à la représentation de la mort…

« Il s'agit d'un outil d'interpellation et de transmission à destination de publics variés », reprend Jean-Claude Schneider qui précise, « ce sera un lieu de rencontre, de débats, de réflexions et d'apprentissages. Tous les sens devraient être sollicités. Ce musée devrait contribuer à hisser Lyon au rang des grandes capitales du monde et dynamiser son rayonnement international. Le Département du Rhône prévoit 500 000 visiteurs par an ».


* Département du Rhône, villes de Lyon et de Villeurbanne, Caisse des dépôts et Communauté urbaine de Lyon depuis 1969.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK