L'actualité des Entreprises publiques locales
Trophées des Epl

Management des risques et performance : le métro automatique rennais par la Semtcar

Semtcar - Trophées 2014
Station souterraine Saint-Jacques Gaité, qui desservira la Zac de la Courrouze en cours de réalisation © Goyou-Beauchamps/Fabien Pedelaborde

Objectif

– Réussir l’opération de la 2e ligne de métro automatique de l’agglomération rennaise dans les coûts et délais annoncés (sa mise en service est prévue fin 2019) et la qualité requise sans nuire à la vie de la cité pendant sa construction.
– Faciliter la réussite des autres projets liés ou non à la ligne b, réalisés sous pilotage d’autres maîtrises d’ouvrage, et qui s’inscrivent dans le même espace-temps.
– Communiquer auprès de la population sur l’ensemble de ces chantiers et leurs conséquences.

Description

Enjeu majeur pour le développement économique, social et environnemental de Rennes Métropole, la 2e ligne de métro sera un vecteur essentiel de la dynamique urbaine de l’agglomération. Sur 13 km, la ligne b reliera St-Jacques, Rennes et Cesson-Sévigné. Les principaux secteurs d’habitat, d’emplois et d’équipements seront desservis avec une haute qualité de service et de confort. L’attractivité de l’agglomération en sera accrue. Fin 2019, le réseau Star totalisera 120 millions de voyages annuels et 73 % des habitants de Rennes vivront à moins de 600 m d’une station de métro.
La Semtcar, sur cette opération complexe en milieu urbain évolutif, a mis en place, au-delà des nombreuses études coordonnées selon une planification linéaire, deux innovations majeures : le management des risques pour du gagnant-gagnant et le pilotage concerté multi-projets. Ce dernier concerne 3 Zac totalisant en ville 200 ha de surface au sol, et une Zac en extrémité de ligne de près de 600 ha à construire à travers laquelle la ligne sera prolongée ; le renouvellement complet de la gare ferroviaire rennaise, nœud urbain et nœud multimodal de déplacements, en connexion avec la station Gares de correspondance entre les deux lignes de métro ; le Centre des Congrès situé à proximité de la station Sainte-Anne, autre station de correspondance ; quatre immeubles sociaux liés à quatre des stations de la ligne b ; l’ensemble des opérations d’aménagement des espaces urbains à proximité de la ligne.

Effets

– Les délais annoncés à la prise du contrat par la Semtcar ont été améliorés de 20 mois pour la livraison de la ligne b et ce nouvel objectif d’ouverture à fin 2019 est rigoureusement tenu depuis.
– Les performances techniques demandées sont améliorées au fur et à mesure des études réalisées.
– La planification des études et des enchainements administratifs ont permis un déroulement linéaire de l’opération avec un strict respect de toutes les échéances.
– Les coûts annoncés sont tenus, le montant financier des aléas initiaux s’est même amélioré.
– Le suivi rigoureux des modifications de marchés et de programme associé à un contrôle de gestion efficace permet la maîtrise financière de l’opération.
– La maîtrise des risques est en place pour tous les intervenants.
– L’organisation mise en place pour le pilotage de l’opération et le pilotage concerté multi-projets donne satisfaction aux décideurs.
– La communication de chantier touche l’ensemble des cibles concernées.

Financement

Investissement pour la ligne de 13 km, 15 stations et 3 parcs relais : 1194 M€ HT valeur janvier 2010, dont 1122 M€ HT pour la phase des travaux
– Subventions de 223 M€ courants (FEDER : 12,36 M€ ; État : 90,66 M€ ; Région : 90 M€ ; Conseil général : 30 M€)
– Autofinancement (42% du coût des travaux) : recettes tarifaires des usagers et ressources budgétaires (ménages, entreprises et administrations) : ≥ 600 M€ courants
– Emprunts : environ 600 M€ courants (38% des dépenses)

Valeur ajoutée de l'Epl

Attentes de la collectivité :
• Respect du budget, des délais, des objectifs du programme et de l’ensemble des partenaires et des règles juridiques,
• Communiquer sur les études et chantiers,
• Réaliser l’opération sans nuire à la cité et aux autres projets construits dans la même temporalité, d’où l’absence de coûts cachés et de « traumatisme dû aux chantiers »,
Valeur ajoutée de la Semtcar :
• certifiée Iso 9001 en Management de Projets Complexes en milieu urbain dense, l’ensemble de ses processus fonctionne à l’entière satisfaction de son client ;
• elle manage les risques de façon pragmatique avec tous et sécurise ainsi le déroulement de l’opération ;
• elle intéresse aux résultats maîtrise d’œuvre et entreprises des lots souterrains dont le registre des risques est contractualisé ;
• elle a mis en place un pilotage concerté Multi-Projets qui a ouvert un dialogue fructueux entre les chefs de projets concernés, les informe des projets voisins et favorise les arbitrages.

Point de vue de l'élu

Rennes Métropole a en matière de développement durable et d’aménagement, une vision claire de son avenir à 30 ans, traduite dans les documents d’urbanisme : SCOT, PDU, PLU, PSMV,… La ligne b de métro tisse ensemble les axes de développement et de restructuration urbaine qui sont autant de chantiers simultanés, en phase de réalisation ou d’études opérationnelles. D’où l’importance de la démarche de management des risques et de pilotage concerté multi-projets développée par la Semtcar.
L’enquête de satisfaction des clients de la Semtcar de fin 2013 montre que la maîtrise de cette opération donne entière satisfaction : « la Semtcar est proactive, exemplaire dans la conduite des marchés, fournit un travail très soutenu et très sérieux, pilote le projet de façon très positive ; de plus le management des risques, très innovant et positif, permet de rentrer dans la phase chantier de manière sereine et le projet est suffisamment avancé pour penser qu’il sera maîtrisé jusqu’au bout ».

Jean-Jacques Bernard
Vice-président de la Semtcar,
vice-président de Rennes Métropole en charge des transports et déplacements

Quelques chiffres

La Semtcar a réalisé en respectant coûts et délais la ligne a du métro automatique Val livrée en mars 2002 (8,5 km, 130 000 voyageurs /jour à 2 mn de fréquence, 1 600 places de parcs relais).
Fin 2006, elle s’est vu confier les études et la réalisation de la ligne b (13 km, 2 000 places de parcs-relais), pour un budget total de 1 194 M€ HT valeur 2010. Le choix du métro automatique Cityval a été effectué fin 2010 ; la majorité des travaux sont attribués et les premiers travaux notifiés fin 2013.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK