L'actualité des Entreprises publiques locales

Sortir de terre plus vite que l’éclair

Publié le 13 février 2018, par Laurence Denès

En dix ans, la Secal a réussi le tour de force de créer ex nihilo un quartier entier sur la plus grande ZAC de France, contribuant ainsi à décongestionner Nouméa dont la région concentre les deux tiers de la population calédonienne. Une opération menée à la baguette… magique !

À quelques kilomètres de Nouméa, la réalisation de Dumbéa-sur-mer (ici avec le Médipôle au premier plan), hors norme en termes de dimension, de durée et de moyens (334 M€ investis), a exigé toute l’implication de la Secal. ©Martial Dosdane - Province Sud
À quelques kilomètres de Nouméa, la réalisation de Dumbéa-sur-mer (ici avec le Médipôle au premier plan), hors norme en termes de dimension, de durée et de moyens (334 M€ investis), a exigé toute l’implication de la Secal. ©Martial Dosdane - Province Sud

Au début était le vide… ou presque : 900 hectares d’anciens pâturages, situés à quelques encâblures de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, dont la densité, a contrario, dépasse les 2100 habitants au kilomètre carré, provoquant chaque jour une véritable embolie circulatoire !

« Pour changer la donne, il fallait pouvoir offrir aux Calédoniens l’opportunité d’un nouvel environnement porteur des mêmes promesses en termes de logement, travail, services et loisirs », pose Marie-Paule Robineau, directrice générale de la Sem d’aménagement Secal. Ainsi naît l’idée, extra-ordinaire, d’aménager la friche agricole pour y faire pousser un morceau de ville à part entière. Rendez-vous est pris : en 2030, le nouveau « Dumbéa-sur-mer » devra accueillir 22 000 habitants dans des conditions de vie et d’emploi optimales.

Une forme pensée à fond

Sous l’impulsion de la Province Sud concédante, et en concertation avec la ville de Dumbéa et les autorités coutumières, la plus grande Zac de France va ainsi prendre forme entre les mains de la Secal, acteur clé du développement de la Nouvelle-Calédonie depuis 1971.

Une forme qui est soigneusement étudiée par la Sem pour respecter tout à la fois les équilibres humains, économiques et environnementaux. « Autour de ce qui est appelé à devenir la seconde d’activité de Nouvelle Calédonie, le programme – à 100 % public – mixe ainsi savamment usages et populations », explique Marie-Paule Robineau : quartiers résidentiels, logement social, équipements à commencer par les infrastructures primaires et les écoles… Sans oublier le Médipôle, dont les 650 lits font la plus importante infrastructure publique jamais construite dans le pays, et, bien sûr, un parc d’activité, certifié HQE aménagement et porteur d’emplois in situ.

Pari réussi

Dix ans après la signature du contrat de concession, Dumbéa-sur-mer a déjà séduit quelque 12 000 habitants et une centaine d’entreprises, tandis qu’un TCSP* dessert jusqu’au cœur de Nouméa. Et pendant que la ville centre se désengorge, Marie Paule Robineau se rengorge avec raison face à la réussite de cette opération « exceptionnellement complexe par sa taille, sa durée et les moyens mis en œuvre, une opération que seule pouvait réaliser une Epl aux compétences et sensibilités plurielles ».

* Transport collectif en site propre.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK