L'actualité des Entreprises publiques locales

Innovia : Un aménagement durable et cohérent pour la Presqu’île de Grenoble

Publié le 2 novembre 2012, par Patrick Cros/Naja

En apportant une vision globale d’aménagement, la Sem Innovia permet à la Zac Presqu’île de se développer dans une démarche d’écocité cohérente, combinée à une dynamique d’innovation qui vise à placer l’agglomération parmi les références européennes.

Une nouvelle école d'ingénieurs, dédiée à l'environnement, à l'eau et l'énergie (GreEn-ER), est prévue le long de la rue des Martyrs, axe principal de la Presqu'île de Grenoble. © Innovia

En lançant le projet Presqu'ile, Grenoble a donné l'impulsion nécessaire à la création d'une « ville de demain », agréable, moderne et novatrice. Véritable démonstrateur reconnu par l'Etat dans le cadre des écocités, l'ancien polygone d'artillerie de 250 hectares expérimente aujourd'hui des projets urbains originaux qui tendent vers une ville durable, à la pointe de l'innovation. La Sem Innovia permet la cohérence de l'opération, en concrétisant le programme défini par la municipalité, en lien avec le plan guide et les prescriptions architecturales, urbaines et paysagères.

« Le choix d'implanter le synchrotron européen sur la Presqu'ile en 1981 a scellé l'avenir scientifique de ce site abandonné par l'Armée », explique Valérie Dioré, directrice générale d'Innovia. Laboratoires de recherche et autres centres scientifiques, tels que le pôle Minatec dédié aux micro et nanotechnologies, associant recherche-formation et industrie, ont saisi l'opportunité pour s'y installer. La Ville a alors décidé de donner toute sa cohérence à ce développement en lui apportant l'approfondissement des démarches de développement durable, de mixité sociale et fonctionnelle déjà conduites par ailleurs, passant ainsi de l'écoquartier à l'écocité. L'enjeu : imaginer « une ville durable, attractive et créative, qui réunit et rassemble ».

Un rôle de catalyseur
L'ambition affichée, les atouts du site, et les premières réalisations, ont séduit l'Etat. Sur les 750 M€ du fonds « Ville de demain des investissements d'avenir », la plus forte dotation, 7 M€, a été ainsi déjà attribuée au projet de l'écocité grenobloise, porté conjointement par la Ville de Grenoble et Grenoble-Alpes Métropole avec le soutien d'acteurs publics et privés. Au coeur de la future écocité, la Presqu'île confirme son rôle de catalyseur d'un développement urbain durable. « Il est important d'accompagner cette évolution par un aménagement de haut niveau », commente Valérie Dioré. Au programme : mixité, maîtrise de l'énergie, respect de l'environnement (efficacité énergétique, confort d'été, raisonnement à l'îlot, biodiversité), qualité de l'architecture et des espaces publics. La Sem coordonne les maîtres d'ouvrage, épaulée par l'architecte en chef Christian de Portzamparc, qui a succédé à Claude Vasconi. 

Axe stratégique de près de 2 kilomètres de long et 45 mètres de large, la rue des Martyrs permettra d'ici à fin 2013 la circulation du tramway, comme des voitures, transports en commun, piétons et cyclistes à travers la Presqu'île, sur des voies dédiées. Grenoble est la ville où a été signé, en juillet dernier, le premier partenariat public-privé dans le cadre du Plan Campus, sur un projet de nouvelle école d'ingénieurs de 23 000 m2, dédiée à l'environnement, à l'eau et l'énergie (GreEn-ER). Elle sera située au coeur de la Presqu'île, juste en face de premiers programmes de logements pour lesquels Innovia a lancé la commercialisation auprès des promoteurs dès 2011. Tout un symbole.

Top

Rechercher

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs utilisés pour optimiser votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. OK